Une banque dans le Palais des Ducs

En 1893, le Conseil municipal de Dijon accorde au Comptoir national d'escompte de Paris la location d'espaces dans l'Hôtel de Ville (loyer annuel de 6 000 francs). A l'angle des rues de la Liberté et Porte-aux-Lions, voilà une adresse prestigieuse susceptible de rassurer n'importe quel épargnant !

1914-1918 : une Guerre mondiale

Pendant la Grande Guerre, dans les rues de Dijon, on peut bien sûr croiser des soldats français, en permission ou en convalescence.


Mais aussi des soldats britanniques, comme ces Tommies photographiés devant l'hôpital provisoire du boulevard Voltaire :


Et des soldats américains. Ici, un Sammy pose devant la gare :


Là, c'est toute une fanfare US qui joue place Darcy :


Et aussi des soldats italiens, comme ceux-là qui se les gèlent place du Théâtre :


Et des soldats russes. Ces trois-là posent devant le bassin du square Darcy :


Et même des soldats allemands, comme ces prisonniers qui remontent la rue Paul Cabet :

Vues panoramiques de Dijon

Depuis Montchapet (au nord-ouest)



Depuis Talant (à l'ouest) :




Depuis Larrey et Sainte-Chantal (au sud-ouest)



Depuis le Creux d'Enfer (à l'est)



1914-1918 : les hôpitaux militaires à Dijon

Pour évoquer les sacrifices consentis par nos ancêtres pendant la Première Guerre mondiale, on cite souvent le nombre de morts (1,4 million). Mais il ne faut pas oublier le nombre des blessés, mutilés, gazés et autres gueules cassées : 4,3 millions !

Pour prendre la mesure de ce chiffre abstrait, tant il est énorme, on peut énumérer les lieux à Dijon qui ont reçu des soldats blessés entre 1914 et 1918.

1) Il y a d'abord l'Hôpital général, établissement civil préexistant à la guerre, dont les salles sont rapidement encombrées.








2) Il y a ensuite tous les hôpitaux temporaires créés dès 1914 pour répondre aux besoins, souvent dans des établissements scolaires réquisitionnés.

a) Les plus nombreux sont les "hôpitaux complémentaires" (militaires). Ils sont gérés par la Direction du Service de Santé de la VIIIe région militaire et ils sont numérotés relativement à cette région. A Dijon, il s'agit des HC n° 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 81, 91, 92 (ainsi que leurs annexes) !

- Lycée Carnot, 16 Boulevard Thiers : hôpital complémentaire n° 71 (483 lits)








- Clinique Sainte Marthe, 56 rue de la Préfecture : annexe de l'HC n° 71 (20 lits)


- Clinique des Dames de la Charité (future Bénigne-Joly), 2 rue Gagnereaux : annexe de l'HC n° 71 (15 lits)



- Ecole normale d'institutrices, 3 rue Joseph Tissot : hôpital complémentaire n° 72 (115 lits)



- Ecole normale d'instituteurs, 51 rue des Moulins : hôpital complémentaire n° 73 (202 lits)



- Pension de jeunes-filles Nicey et Terrial, 80 avenue Victor Hugo : hôpital complémentaire n° 74 (56 lits)




- Couvent des Dames de la Providence, 75-79 rue de Talant : hôpital complémentaire n° 75 (251 lits)




- Ecole Saint-Joseph, 37-39 rue du Transvaal : hôpital complémentaire n° 76 (350 lits) réservé semble-t-il aux cheminots









- Collège Saint-Ignace, 9 boulevard Voltaire : hôpital complémentaire n° 77 (600 lits)




- Ecole Saint-François-de-Sales, 3 rue du Lycée-41 rue Vannerie : hôpital complémentaire n° 81 (205 lits)






- Caserne Dampierre, 3 rue Chancelier de l'Hospital : annexe de l'HC n° 81 (500 lits)




- Ecole primaire Montchapet, 2 rue de Rouen : hôpital complémentaire n° 91 (125 lits)


- Ecole primaire Voltaire, 27-29 boulevard Voltaire : hôpital complémentaire n° 92 (175 lits)



b) Et par ailleurs il y a les hôpitaux auxiliaires (HA) qui sont gérés par l'une des trois sociétés de la Croix-Rouge : Société de secours aux blessés militaires (SSBM), Association des dames françaises (ADF) et Union des femmes de France (UFF).



- Ecole de Théologie catholique (= Grand séminaire), 1 rue Paul Cabet : hôpital auxiliaire n° 1 géré par la SSBM (103 lits)


- Asile des Petites Soeurs des Pauvres, 35 boulevard de Strasbourg : hôpital auxiliaire géré par la SSBM (20 lits)


- Dispensaire de la Croix Rouge, 6 rue Louis Blanc : hôpital auxiliaire n° 21 géré par la SSBM (32 lits)



- Ecole primaire et supérieure de garçons (futur Hippolyte Fontaine), 2 rue André Colomban : hôpital auxiliaire n° 203 géré par l'ADF (135 lits)



Soit, pour la seule ville de Dijon, sans compter l'hôpital général, un total de 3 387 lits créés pour recevoir les soldats blessés.